Brèves
Le nouveau site du festival
mardi 21 mars

http://www.arte-mare.corsica

Vite ! Visitez le nouveau site du festival, plus rock and roll !

 
Dîners étoilés
samedi 1er octobre

Les rendez-vous gastronomiques d’Arte Mare (19h30, 20h30) Amuse-bouche, plat, dessert, verre de vin 30€.

Réservations au 06 76 31 93 69

ou en cas de nécessité

04 95 58 85 50

arte.mare@wanadoo.fr

 
Twitter
lundi 28 septembre
L’actualité du Festival Arte Mare c’est aussi via notre compte Twitter @ArteMare
 
Facebook
dimanche 13 septembre
Découvrez en avant-première la programmation du festival sur la page Facebook Arte Mare récompense cinéma/tv
 
Arte Mare remercie ses partenaires
samedi 2 novembre

Ville de Bastia

Collectivité Territoriale de Corse

Conseil Général de la Haute Corse

Agence du Tourisme de la Corse

Outil Culturel et Technique de la CTC

Office du Tourisme de Bastia et de son agglomération, la CAB

AIR FRANCE

CCAS

Caisse des Dépôts et Consignations

AIR CORSICA

France 3 Corse Via Stella

France Bleu Frequenza Mora

La médiathèque de Castagniccia Mare Monti

Arte France

L’ODARC

Agence Negroni Bastia

Communauté de commune des Cinque Pieve

Communauté de commune du Cap Corse

Communauté de commune du Nebbiu

Communauté de commune de la Conca d’Or

Communauté de commune du Sud Corse

Communauté d’Agglomération du Pays Ajaccien

CDC

CCI de Bastia

CCAS-CMCAS de Corse

MGEN

Negroni voyages

Caisse des Dépôts et Consignations

OSCARO.COM

LA SOCIETE GENERALE

Centre culturel L’Alb’Oru

Le Théâtre municipal de Bastia

Les bibliothèques municipales de Bastia et la bibliothèque patrimoniale

France 3 Corse Via Stella

France Bleu Frequenza Mora

La médiathèque de Castagniccia Mare Monti

Arte France

Corse Matin

Corse net infos

Demeures Corses

Cuisinella

Les bibliothèques municipales de Bastia et la bibliothèque patrimoniale

L’IRA de Bastia

L’ODARC

Géant Casino

Leroy Merlin

Mercedes-Benz

Gloria Maris-Aquadea

Librairie Album

Union des commerçants

Aéroport de bastia

Consulat du Maroc

Ava Basta

MC4 Distribution

Decipro

Le clos Lucciardi

La route des sens/Stada di i sensu

Best Western Corsica Hôtel Bastia

SOCODIP

Les Vignerons Corsicans

Fromagerie Pierucci

Zilia

Brasserie Pietra - Corsica Cola

L’Atelier de la Noisette

Charcuterie Fontana

La Grappe Joyeuse

Cinémathèque de Corse

Crédit Agricole de la Corse

Corsica Gastronomia

Fromagerie A Filetta

Fromagerie Pierucci

Conserverie de Casatorra

Sica de la Casinca

Sica Sedarc Bellu Sole, Pruneaux de Corse

Boulangerie-Pâtisserie A Finetta (Biguglia)

Voir Festival nos partenaires

 
Delicatessen
de Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro
samedi 27 octobre 2012

L’histoire

Le mot delicatessen, traduit charcuterie ou épicerie fine, désigne un type de magasin d’alimentation essentiellement dans les pays anglo-saxons, où il est souvent abrégé sous la forme deli. Le terme, d’origine allemande (delikatessen), se réfère à la base aux produits d’épicerie fine (du français délicatesse). Le film raconte la vie des étranges habitants d’un immeuble de banlieue planté sur un immense terrain vague et qui tous vont se fournir chez le boucher-charcutier, à l’enseigne "Delicatessen". Fable post-apocalyptique, comédie surréaliste ou conte cruel ?

« Il serait vain de juger le cinéma de Caro et Jeunet avec les critères du réalisme. Il fait avant tout la part belle à l’imagination, son but principal étant de surprendre et de ravir le spectateur. Jeunet est réputé pour les "gueules" de ses comédiens et ses castings sont formidables. On objectera qu’il est facile d’utiliser de telles "gueules", mais pourquoi nul autre que Jeunet n’y parvient ? D’ailleurs, il n’y a pas que des "tronches" naturelles. Marie-Laure Dougnac n’a pas un physique particulier, mais habilement dirigée par Jeunet, elle est dans Delicatessen absolument fabuleuse. L’acteur-fétiche de Jeunet, Dominique Pinon, est parfait, Jean-Claude Dreyfus paraît prédestiné à la boucherie, et Karin Viard est, déjà, karinviardesque. »

La fiche du film

Titre original :

Date(s) de Sortie(s) : 17 avril 1991

Réalisé par : Jean-Pierre Jeunet, Marc Caro

Pays France

Genre : Comédie, Drame, Epouvante-horreur, Fantastique

Durée : 1h37

Avec : Dominique Pinon, Karin Viard, Ticky Holgado Marie-Laure Dougnac, Jean-Claude Dreyfus,

Avis critique

Bande dessinée, poésie et métaphysique

1 ) Les belles histoires

Une hypothèse , à laquelle la plupart des aspects du film s’accordent : tout est vu à travers le regard de deux enfants de sept ans (l’âge de raison ?) ; regard à la fois horrifié, amusé et narquois sur le monde des adultes et des Français en particulier, monde louche, clos, repoussant de laideur et de saleté, jusqu’à ce qu’un artiste venu d’ailleurs, du cirque ou du music hall, y fasse entrer la fantaisie et n’y réveille une petite princesse qui ne voit pas le monde, mais joue du violoncelle. C’est Zéro de conduite, prolongé d’une série de souvenirs qui se portent vers les figures inoubliables du cinéma : la petite violoncelliste, fille du boucher, n’est pas sans parenté avec la Gelsomina de La Strada ; le " facteur " motocycliste lubrique et brutal, qui prétend l’obtenir de son père, a quelque chose du lutteur Zampano ; le clown-illusionniste survient comme Gilles Margaritis dans L’Atalante du même Jean Vigo. C’est l’enchanteur. Farceurs (à la mode des années Soixante ces enfants vont, armés d’une canne à pêche, s’emparer du linge étendu), mais terrorisés (et jouant peut-être à se faire peur) ils appréhendent le monde qui les structure à partir des contes les plus archaïques et les plus permanents :l’Ogre, le Loup (qui mange le Grand’mère), la légende de Saint Nicolas et de saloir . Le boucher qui aiguise d’énormes couteaux et roule ses yeux blancs joue dans cet univers fantasmatique le rôle central d’un ordonnateur. Nous voilà entrés dans l’univers terrible et structurant des contes.

2) Un non-lieu

Où sommes-nous, quand ces événements se produisent-ils ? En un sens, n’importe où et n’importe quand, les rêves n’ont pas d’âge et nous entrons dans une logique onirique. Vu du dehors, l’immeuble vétuste de ce no man’s land présente la silhouette menaçante de tel Burg dessiné par Victor Hugo. Nous nous trouvons dans le pays d’où nul ne revient. Cependant les indications ne nous sont pas refusées, indirectes, ainsi les cailloux du petit Poucet. La télévision en noir et blanc, l’émission de La Piste aux étoiles (du même Gilles Margaritis) évoquent bien des années R.T.F. ; de même un je ne sais quoi de Signé Furax tourne en dérision les menées confuses de boy-scouts déguisés en hommes grenouilles et manquant lamentablement leurs expéditions. Ce n’est pas à eux que la maison bancale devra sa libération et la fin du tyran ; ils sont trop bêtes et trop laids. Comme les hommes de SDUC et du colonel Hubert de Guerlasse. A moins qu’il ne s’agisse d’écologistes un brin démesurés ou de végétariens montant à l’assaut des carnivores ? Le salut ne consiste pas à " changer de régime ". Mais le monde des adultes se livre au marché noir, le boucher thésaurise les lentilles, les haricots secs et le riz. Fascinantes, les réserves du grainetier, où la main plonge, où l’on aimerait s’engloutir. Caverne d’Ali Baba. Serions-nous encore sous l’Occupation ? Dans les imaginaires la guerre n’est jamais finie ; a-t-elle eu lieu ? A la cave, un archéo-hexagonal survit environné de grenouilles (emblématiques des Français pour les Anglo-saxons) et déguste consciencieusement des douzaine d’escargots en écoutant tonitruer la marche de Sambre et Meuse : c’est l’éternel ancien combattant, réel ou imaginaire. Il semble affectionner les farces-et-attrapes chères au goût national et s’affuble de faux yeux globuleux, comme un soir Francis Blanche au cours du journal télévisé. Ce qu’accompagne l’activité de deux frères, vieux garçons artisans : percer les boîtes qui émettent un meuglement supposé désopilant, écho lugubre des abattoirs ; l’un d’eux règle, au diapason, la hauteur tonale. On ne laisse rien au hasard. Le second de ces messieurs, vrai " corbeau " pratiquant un sport national traditionnel, traque une voisine dépressive en simulant l’intervention de voix par les canalisations. Chaque habitant de l’immeuble subit, à huis clos, l’oppression du " boucher " qui cumule toutes fonctions de domination : propriétaire, pourvoyeur, banquier, intermédiaire avec le monde du dehors. Pauvres hères. La famille des enfants : le père, chômeur, endetté, est prêt à livrer sa belle-mère au coutelas du sacrificateur, la mère, criarde, rivée au téléviseur, la grand-mère somnolente, tricotant un travail de Pénélope ; les enfants se demandent toujours pourquoi meurent les grands-mères. Un couple pitoyable : névrosée et persécutée par les voix surgies de la tuyauterie, elle répond au doux prénom d’Aurore ; aristocrate fin de race, il n’accorde pas un regard aux tentatives de suicide qu’elle multiplie laborieusement dans la salle de bains. Une fille plantureuse, sur laquelle le boucher (amateur de chair fraîche) exerce un droit de cuissage mécanique (on pense au Casanova de Fellini et à Donald Sutherland), n’attend visiblement pas des jours meilleurs et fait sécher ses sous-vêtements à la fenêtre. Les enfants entendent de drôles de mots lorsqu’on va s’approvisionner à l’échoppe (de l’ " épaule " , de la " poitrine ", du " jarret ") et de drôles de bruits (lorsque grince le sommier du boucher et de sa belle).

3) Happy end : Plein ciel

Chaque péripétie mérite analyse ; on retient cette bobine de fil rouge-sang qui - dans l’imaginaire des enfants ?- va conduire la grand’mère au guet-apens et à la crise cardiaque. Mais l’humour, la nostalgie, le sens métaphysique confèrent au film une unité que la truculence et la virulence des épisodes auraient pu malmener. Libération par la fantaisie, qu’annoncent les bulles de savon formées par le jeune homme aux grands souliers de clown lorsqu’il croise pour la première fois le regard des enfants. Il est arrivé du monde extérieur dans un taxi londonien, sans un sou vaillant et le chauffeur l’a dépouillé de ses chaussures de ville. Il ne lui reste que les souvenirs du cirque, les accessoires de l’illusion. Désormais il ne peut s’en retourner. Il a perdu son unique ami et partenaire, un certain " Docteur Livingstone " dont nous appendrons par la suite que c’était un chimpanzé. Il en conserve précieusement les reliques, un shako rouge et or, un dolman à brandebourgs. Presque nain, le clown bénéficie d’une merveilleuse transfiguration : il va être aimé, non plus par un singe, mais par une femme : non plus réduit à son apparence, mais reconnu dans sa beauté intérieure de prince charmant. Le burlesque accompagne ce processus de reconnaissance au cours de la cérémonie du thé : la jeune fille myope, qui a repéré sa réception en mesurant gestes et pas, perd tout repère parce que son invité s’assied où il ne devrait pas ; humour des objets possédés en double par celle qui casse ce qu’elle approche. Une rencontre hors du temps et de l’espace s’accomplit à la faveur de la musique dans le duo inattendu d’un violoncelle et d’une scie musicale. On passe alors de la chansonnette sucrée que susurre un disque (de Tino ?) à l’unisson des cœurs. Une fois les méchants punis, comme il se doit, par eux-mêmes, paliers et cloisons effondrés sous les déluges purificateurs d’une chasse d’eau surréaliste, les élus se retrouvent sur le toit, en plein ciel ; et tandis que peut reprendre le duo des jeunes gens, les enfants, sortis de leurs mauvaises blagues, imitent ceux-ci, jouant de la musique sur de petits instruments qu’ils ont confectionnés. Le jour se lève : temps nouveaux sans brutalité, possession ni consommation ; pure effusion, bonheur. Charlot s’éloigne au bras de Paulette Goddard. Le titre de Delicatessen annonçait le pire : des cochonnailles, ou des cochonneries. A l’instar de Porcherie, il nous fait entrevoir la grâce.

AUTEUR : Patrice Henriot, professeur de philosophie en Lettres Supérieures au Lycée Condorcet, Paris

Retour au calendrier des évenements

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Ernest et Célestine
    4 novembre 2012

  2. Bovines
    27 octobre 2012

  3. Delicatessen
    27 octobre 2012

  4. Estomago
    27 octobre 2012

  5. Tampopo
    27 octobre 2012

  6. Le festin de Babette
    6 novembre 2012

  7. La folle ingénue
    28 octobre 2012

  8. Tempête de boulettes géantes
    4 novembre 2012

  9. Les mets, le vin et la médaille
    4 novembre 2012

  10. L’âme des chefs, Corse
    4 novembre 2012

  11. Luc Moullet en trois actes
    4 novembre 2012

  12. Après la bataille
    5 octobre 2012

  13. La parade
    5 octobre 2012

  14. L’attentat
    4 novembre 2012

  15. Héritage
    4 novembre 2012

  16. Wadjda
    4 novembre 2012

  17. Un jour de Chance
    4 novembre 2012

  18. Piazza fontana
    4 novembre 2012

  19. Les chevaux de Dieu
    4 novembre 2012

  20. Tu honoreras ta mère et ta mère
    4 novembre 2012

  21. Trois mondes
    4 novembre 2012

  22. Le Repenti
    4 novembre 2012

  23. Je ne suis pas mort
    4 novembre 2012

  24. Les Voisins de Dieu
    4 novembre 2012

  25. Chabrol, Pollet, Moullet...
    5 novembre 2012

  26. Paris vu par…
    4 novembre 2012

  27. Courts toujours
    4 novembre 2012

  28. Claude Duty, le roi du court métrage
    4 novembre 2012

  29. Trips Jean-André Bertozzi
    4 novembre 2012

  30. Les courts métrages des classes cinéma
    4 novembre 2012

  31. COUPEZ !
    4 novembre 2012

  32. Ghjuvà est mort
    4 novembre 2012

  33. Les mets, le vin et la médaille
    4 novembre 2012

  34. Javier Cercas, le virtuose de l’instant…
    4 novembre 2012

  35. Le jury 2012
    4 octobre 2012

  36. Jerry Monmessin, chef du Pirate
    5 août 2012

  37. Rio, Sex, Comedy
    5 octobre 2012

  38. Le Jury jeune CCAS
    12 septembre 2012

  39. REIKO KRUK, LA MAGICIENNE DE LA MÉTAMORPHOSE
    13 octobre 2012

  40. Michel Ferry
    9 octobre 2012

  41. Paul Alessandrini
    8 août 2012

  42. Samedi 24 novembre, dernier jour du festival
    24 novembre 2012

  43. Anne Marie Cambon, Prix Ulysse du premier roman
    16 octobre 2012

  44. Le palmares du festival Arte Mare 2012
    25 novembre 2012

  45. Trente ans !
    28 novembre 2012

  46. Nabil Ayouch à Bastia
    5 décembre 2012

  47. Anaïs Carpita
    4 novembre 2012

  48. 2012 : Arte Mare se met à table !
    6 novembre 2012