Brèves
Le nouveau site du festival
mardi 21 mars

http://www.arte-mare.corsica

Vite ! Visitez le nouveau site du festival, plus rock and roll !

 
Dîners étoilés
samedi 1er octobre

Les rendez-vous gastronomiques d’are Mare (19h30, 20h, 20h 30) Amuse-bouche, plat, dessert, verre de vin 30€.

Réservations au 07 87 76 56 86

 
Les mauvais sujets
samedi 7 mai

PRIX DU LIVRE CORSE.


1768. Bastia retient son souffle. La cité marchande s’est lassée du parfum de la poudre et du bruit des canons. La guerre contrarie le commerce. Un récit mené tambour battant au rythme des aventures militaires et galantes de jeunes gens entraînés par l’accélération de l’histoire. Le deuxième roman de Michèle Corrotti et Philippe Peretti après Petite Italie. Editions Alain Piazzola. Couverture Edith Guidoni.

 
Twitter
lundi 28 septembre
L’actualité du Festival Arte Mare c’est aussi via notre compte Twitter @ArteMare
 
Facebook
dimanche 13 septembre
Découvrez en avant-première la programmation du festival sur la page Facebook Arte Mare récompense cinéma/tv
 
Des navires, du Rhum et du chocolat
mardi 1er novembre 2011

de Malena Roncayolo

Venezuela, 2010, Documentaire

Des bateaux corses arrivèrent sur les îles des Antilles et les côtes orientales du Venezuela dès le milieu du XVIIe siècle. Après la création de la République du Venezuela, les Corses ne tardèrent pas à s’associer au commerce et à l’industrie de la région nord-est du pays s’investissant dans l’agro-industrie du cacao et du café, la canne à sucre. Plus tard, beaucoup d’entre eux participèrent à l’exploitation des gisements d’or et de diamants. Ce documentaire offre un mélange sentimental de paysages, de visages et de chansons qui rend compte de cette union merveilleuse qu’est le métissage ethnique, culturel et géographique.

Malena Roncayolo est née à Caracas. Après des études au Vénézuela et aux USA, elle étudie la littérature française à Paris. C’est là qu’elle découvre l’histoire de ces Corses émigrés en Amérique latine. Malena Roncayolo viendra présenter son film à Bastia.


LES HORAIRES DE PROJECTION

Samedi 26 novembre, 19h00, au Théâtre


Depuis la fin du XVII siècle jusqu’à aujourd’hui, de nombreux immigrants d’origine corse se sont établis dans le îles du Caraïbe, tels que Granada, Guadalupe, Puerto Rico, Saint Thomas et particulièrement dans le continent Sud-américain au Venezuela. Les différentes générations d’immigrants corses et leurs descendants -gens travailleurs et créatifs, historiquement associés au commerce du cacao, du sucre, du café et à l’exploitation minière- auxquels s’intégrèrent rapidement en Amérique, où leur apport fut considérable dans les domaines les plus divers de l’industrie, du commerce, de la culture, de la science, et du sport. Egalement à Puerto Rico et d’autres îles de Las Antilles, un grand nombre de familles Corses se sont établis pour le cultive de la canne à sucre. Pourquoi plusieurs générations de Corses sont-elles venues au fil des siècles… Pourquoi sont-ils restés… Qu’ont-ils laissé derrière eux… Quelles furent leurs réussites et leurs tribulations au cours de ce voyage…Et quelle empreinte ont-ils laissée dans le Caraïbe ?

Ce documentaire se propose de répondre à ces questions, sur la base d’une recherche rigoureuse menée à partir de sources historiques, avec la participation de spécialistes de la question et de descendants de ces premières familles corses, et de retracer l’épopée corso américain sous tous ses aspects.

Synopsis

L’histoire de la présence corse dans Venezuela et au Caraïbe est retracée depuis ses débuts. Des bateaux corses arrivèrent sur les îles des Antilles et les côtes orientales du Venezuela dès le milieu du XVII siècle, amenant des marchands qui recherchaient des épices ou d’autres produits, des corsaires qui venaient s’approvisionner avant de poursuivre leur voyage ou des voyageurs attirés par les perles caribéennes des îles de Cubagua et Margarita ; d’autres se joignirent aux luttes d’indépendances des pays du continent américain. Ils s’installèrent d’abord aux ports dont le développement commercial, industriel et culturel est définitivement dû à l’apport de ces visiteurs entreprenants. A partir de là, plusieurs vagues d’immigrants corses appartenant aux mêmes familles, ou portant d’autres noms et venus d’autres lieux, s’établirent dans le continent sud-américain au Venezuela et aux Antilles.

Après la création de la République du Venezuela, les Corses ne tardèrent pas s’associer au commerce et à l’industrie de la région nord-est du pays. Nous visiterons des sites liés à l’agro-industrie du cacao et du café, les principaux produits d’exportation du pays, outre la canne à sucre. Plus tard, beaucoup d’entre eux participèrent à l’exploitation des gisements d’or et de diamants récemment découverts dans le sud-est du pays.

Les récits de Don Alexis Graziani, sur les aventures du comte León, petit fils de Napoléon Bonaparte, nous permettront de nous familiariser avec le recueil d’anecdotes de l’époque, enrichi par des documents de cette période. Le vieux cimetière de Carúpano,à Paria où il repose, servira de cadre à notre rencontre avec cette histoire fabuleuse.

Nous parlerons de la contribution de cette communauté au développement des villes et des ports divers, des péripéties et difficultés qu’elle eut à affronter, des expériences de ces familles et de leur intégration dans les communautés régionales. Nous utiliserons des photographies conservées par leurs descendants, des archives hémérographiques, et filmiques. Des descendants de Corses ont joué un rôle important au Venezuela dans les domaines culturel, scientifique et diplomatique ; la narration ou le témoignage de spécialistes et de membres de leur famille permettront de décrire leurs apports.

Enfin, nous parcourrons des villes, des villages et des ports corses et celui de Marseille, qui n’a cessé d’entretenir des échanges avec l’Amérique, à la recherche des points communs entre ces côtes, ces terres et ces populations lointaines, pour tenter de découvrir la raison de leur profond attachement à des mers, des personnes et des terres distinctes. Et nous irons à la rencontre de ces Corses qui, après un long et fructueux séjour à Puerto Rico et d’autres îles du Caraïbe et au Venezuela, sont retournés dans l’île de leurs ancêtres. Les ressemblances entre les deux cultures, le sens de la famille, le respect de la parole donnée, le courage et l’esprit d’entreprise. Un mélange sentimental de paysages, de visages et de chansons qui rendra compte de cette union merveilleuse qu’est le métissage ethnique, culturel et géographique.


Retour à la grille des films

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Tout court
    1er septembre 2011

  2. L’Unique
    7 septembre 2011

  3. Out film
    7 octobre 2011

  4. TER TER
    7 octobre 2011

  5. The Sleepwalkers
    1er novembre 2011

  6. Des navires, du Rhum et du chocolat
    1er novembre 2011

  7. Au cul du loup
    1er novembre 2011