Brèves
Françoise Nyssen ministre de la Culture
mercredi 17 mai
Le festival se réjouit de la nomination de Françoise Nyssen. Une bonne nouvelle pour la Culture...
 
Le nouveau site du festival
mardi 21 mars

http://www.arte-mare.corsica

Vite ! Visitez le nouveau site du festival, plus rock and roll !

 
Dîners étoilés
samedi 1er octobre

Les rendez-vous gastronomiques d’are Mare (19h30, 20h, 20h 30) Amuse-bouche, plat, dessert, verre de vin 30€.

Réservations au 07 87 76 56 86

 
Les mauvais sujets
samedi 7 mai

PRIX DU LIVRE CORSE.


1768. Bastia retient son souffle. La cité marchande s’est lassée du parfum de la poudre et du bruit des canons. La guerre contrarie le commerce. Un récit mené tambour battant au rythme des aventures militaires et galantes de jeunes gens entraînés par l’accélération de l’histoire. Le deuxième roman de Michèle Corrotti et Philippe Peretti après Petite Italie. Editions Alain Piazzola. Couverture Edith Guidoni.

 
Twitter
lundi 28 septembre
L’actualité du Festival Arte Mare c’est aussi via notre compte Twitter @ArteMare
 
BLADE RUNNER DE RIDLEY SCOTT (1982)
Présentation Françoise Varesi
jeudi 23 juin 2016

En 2019, dans un Los Angeles futuriste et poisseux des millions d’hommes et de femmes fuient famine, surpopulation et insalubrité. Sur les colonies une nouvelle race d’esclaves a vu le jour : les réplicants. Un jour, quatre d’entre eux s’évadent et gagnent Los Angeles après avoir massacré l’équipage d’une navette. Pour traquer les fuyards, la police fait appel à son ancien meilleur élément d’une unité spéciale, le BLADE RUNNER Rick Deckard (Harrison Ford), chargé d’éteindre les replicants, ces modèles de robots perfectionnés, sosies de l’homme jusqu’à hérités de leur défaut ; mais celui-ci va finir par tomber amoureux de l’une d’entre eux.

BLADE RUNNER est l’adaptation libre d’un roman de Philip. K. Dick « les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? », réputé inadaptable…..C’est avant tout un film d’une splendeur visuelle absolue, Ridley Scott a créé un décor grandiose, à la fois moderne et gothique. Noyée de pluie et de néons, plongée dans un smog épais, jonchée d’ordures, grouillante d’une foule cosmopolite, Los Angeles est aussi envoûtante qu’opressante, paranoïaque et dramatique.

La mise en scène spectaculaire est largement influencée par le Fritz Lang « Metropolis « (1927) . On y retrouve ses décors urbains verticaux, ses réseaux de circulations intenses, ses écrans de signalisation démesurés. De même l’opposition entre les dirigeants vivant dans les hauteurs alors que et le reste de la population, reste massée dans des quartiers pauvres et polluées. Véritable représentation de décadence sociale, BLADE RUNNER, est une fusion entre science-fiction et film noir américain, baigné par la musique omniprésente de Vangelis. L’anti héros Deckard, vêtu d’un imperméable, buvant beaucoup, solitaire et renfermé semble tout droit sorti d’un film noir des années 40, alors que Rachel (Sean Young) est l’archétype de la femme fatale séduisante mais attirant des problèmes (référence aux personnages des romans de Philippe Marlow).

Au milieu d’effets visuels éblouissants , ce film énigmatique aborde une réflexion sur l’homme, sur ce qu’est la définition même de l’humanité, à travers ces répliquants, robots sans passé, mais dotés de sensibilité grâce aux effets conjugués de la génétique et de la technologie.

Les débats passionnés sur la véritable nature de Deckard (est-il un être humain ou un répliquant qui s’ignore ?) durent depuis 30 ans, et chaque version fournit son lot d’arguments en faveur de l’une ou l’autre des théories. Pour Ridley Scott, l’identité de son héros ne souffre d’aucune ambiguïté : il a déjà confirmé par le passé, et répété en évoquant BLADE RUNNER 2 : « Deckard est un putain de réplicant ». Suite dont la sortie est prévue en 2017 qui sera réalisé par le canadien Denis Villeneuve (Prisoners, Enemy, Sicario), avec Ryan Gosling. En 1982, même si le scénario conservait une part d’incertitude, les producteurs préféraient qu’il soit humain, notamment pour ne pas assombrir l’image d’un Harrison Ford au sommet de sa carrière.

A sa sortie, le film est jugé trop complexe et pessimiste, la production demandera au cinéaste de rajouter une voix off et de modifier la fin. En définitive, le film connaitra cinq versions différentes ! Mais c’est rapidement que, vers des circuits parallèles, BLADE RUNNER acquiert son statut de film culte et est considéré comme un film majeur de l’histoire du cinéma, film précurseur de différents styles grâce à l’utilisation de thèmes récurrents.

 

Répondre à cet article