NOUS CONTACTER

ARTE MARE

Espace Sant’Angelo

Maison des associations

Bureau 202

Rue Sant’ Angelo

20200 Bastia

Tél : 04 95 58 85 50

Port : 06 76 72 13 73

Mail : arte.mare@wanadoo.fr

L’adresse du site a changé également :

www.arte-mare.eu


Statistiques des visites :
485 aujourd'hui
1477 hier
1821895 depuis le début
Brèves
Françoise Nyssen ministre de la Culture
mercredi 17 mai
Le festival se réjouit de la nomination de Françoise Nyssen. Une bonne nouvelle pour la Culture...
 
Dîners étoilés
samedi 1er octobre

Les rendez-vous gastronomiques d’are Mare (19h30, 20h, 20h 30) Amuse-bouche, plat, dessert, verre de vin 30€.

Réservations au 07 87 76 56 86

 
Le nouveau site du festival
jeudi 21 juillet

http://www.arte-mare.corsica

Vite ! Visitez le nouveau site du festival, plus rock and roll !

 
Les mauvais sujets
samedi 7 mai

PRIX DU LIVRE CORSE.


1768. Bastia retient son souffle. La cité marchande s’est lassée du parfum de la poudre et du bruit des canons. La guerre contrarie le commerce. Un récit mené tambour battant au rythme des aventures militaires et galantes de jeunes gens entraînés par l’accélération de l’histoire. Le deuxième roman de Michèle Corrotti et Philippe Peretti après Petite Italie. Editions Alain Piazzola. Couverture Edith Guidoni.

 
Twitter
lundi 28 septembre
L’actualité du Festival Arte Mare c’est aussi via notre compte Twitter @ArteMare
 
MINORITY REPORT DE STEVEN SPEILBERG (2002)
Présentation Françoise Varesi
jeudi 23 juin 2016

En 2054, la ville de Washington a pratiquement éradiqué toute criminalité avec la création de la division précrime. En effet, trois humains conservés en état de stase dans un réservoir d’eau, les « Pré-cogs » (abréviation de pré-cognitifs), visualisent les crimes avant qu’ils ne se produisent. Grâce à ces images fournies par les »Pré-cogs, il est devenu possible de connaitre l’identité d’un tueur avant qu’il ne commette un crime, ce qui permet d’envoyer des équipes de policiers sur les lieux et d’empêcher leur perpétration.

Un jour, l’agent Jon Anderton (Tom Cruise) est désigné comme futur coupable et devient dès lors l’objet d’une traque par ses propres hommes. Il part à la recherche de sa future victime et porte son attention sur Agatha (Samantha Morton), la plus douée des « Pré-cogs ».

Adapté du roman de Philip Dick (Blade Runner et Total Recall sont aussi des films adaptés du même auteur), Minority Report est un véritable film policier futuriste au scénario recherché, porté par les épaules d’un Tom Cruise qui parvient à émouvoir dans son rôle d’agent traqué et tourmenté par la disparition de son fils. La course poursuite donne au récit une formidable dynamique, et, au fur et à mesure que s’éclaire la machination, les rebondissements s’enchainent sans que l’intérêt ne se relâche.

Minority Report composé d’images de synthèse rythme une réalisation inventive et dynamique. Spielberg choisit des filtres bleus qui illustrent la froideur et le climat angoissant de cette société futuriste ; les écrans tactiles ont envahis le quotidien, les véhicules évoluent à la verticale et de nombreux gadgets technologiques (araignées sondeuses mécaniques, etc…) aident les forces de l’ordre dans leur mission.

Bénéficiant d’interprétations sans failles (Tom Cruise, Samantha Morton, Colin Farrell et sans oublier Max Von Sydow) et d’une bande originale de qualité (musique de John williams), il renforce tout le long l’ambiguïté, la noirceur et le mystère autour des enjeux des personnages.

Spielberg met en avant les failles d’un système et nous projette dans un futur similaire à notre présent ou l’on n’est traqué pour une intention et non un fait .Minority Report est à la fois une œuvre effrayante et palpitante d’une grande noirceur et une référence intéressante sur la dérive sécuritaire de nos sociétés modernes (n’oublions pas que Minority Report est le premier film tourné par Spielberg après les événements tragiques du 11 septembre 2001).

 

Répondre à cet article