Brèves
Françoise Nyssen ministre de la Culture
mercredi 17 mai
Le festival se réjouit de la nomination de Françoise Nyssen. Une bonne nouvelle pour la Culture...
 
Le nouveau site du festival
mardi 21 mars

http://www.arte-mare.corsica

Vite ! Visitez le nouveau site du festival, plus rock and roll !

 
Dîners étoilés
samedi 1er octobre

Les rendez-vous gastronomiques d’are Mare (19h30, 20h, 20h 30) Amuse-bouche, plat, dessert, verre de vin 30€.

Réservations au 07 87 76 56 86

 
Les mauvais sujets
samedi 7 mai

PRIX DU LIVRE CORSE.


1768. Bastia retient son souffle. La cité marchande s’est lassée du parfum de la poudre et du bruit des canons. La guerre contrarie le commerce. Un récit mené tambour battant au rythme des aventures militaires et galantes de jeunes gens entraînés par l’accélération de l’histoire. Le deuxième roman de Michèle Corrotti et Philippe Peretti après Petite Italie. Editions Alain Piazzola. Couverture Edith Guidoni.

 
Twitter
lundi 28 septembre
L’actualité du Festival Arte Mare c’est aussi via notre compte Twitter @ArteMare
 
Ramón CHAO
samedi 14 avril 2012

Lundi 23 avril • 18h15 IRA

Tous à Valparaiso ! Rencontre avec Ramon Chao (en partenariat avec la Librairie Les deux mondes)

Ramón Chao (né en 1935 à Vilalba- Galice) est un journaliste et écrivain galicien, émigré en France en 1956. Il fut rédacteur en chef du service Amérique latine de Radio France internationale. Collaborateur du Monde et du Monde diplomatique, dans lequel il publie principalement des critiques littéraires. Père d’Antoine et de Manu Chao dont il retrace les pérégrinations artistiques dans le livre intitulé Le train de glace et de feu. Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages évoquant sa région natale, principalement des fictions (Prisciliano de Compostela, Desde mi Otero...).

Parallèlement à ses œuvres littéraires, Ramón Chao a aussi publié plusieurs essais sur différentes thématiques : une biographie de Georges Brassens, un guide sur Paris, plusieurs ouvrages sur la littérature latino-américaine (un essai sur Juan Carlos Onetti : Un posible Onetti ; un interview d’Alejo Carpentier : Conversaciones con Alejo Carpentier), un manuel de politique espagnole (Après Franco, l’Espagne), le récit du voyage en Colombie de la Mano Negra (Un train de glace et de feu), un dictionnaire socio-politique sur la mondialisation (Abécédaire partiel et partial de la mondialisation, en collaboration avec Ignacio Ramonet et Wozniak pour les illustrations), un essai sur Che Guevara (Las andaduras del Che), etc.

En 1984, il crée le Prix Juan Rulfo qui récompense chaque année une nouvelle littéraire en langue espagnole.

Quatrième de couverture

C’est à la fin de l’été 1939 que deux mille cinq cents hommes, femmes, enfants et vieillards, pour la plupart communistes, tristes vaincus de la nouvelle Espagne franquiste et proscrits de l’histoire, embarquent à Bordeaux sur un improbable bateau. Il a pour nom Winnipeg. Pour armateur, Pablo Neruda. Pour destination, Valparaíso.

À bord, Luis Gontán, alias Kilowatt, électricien – comme son père avant lui – dans un petit village de Galice, a vu sa vie bouleversée par la guerre d’Espagne en 1937. De témoin, il en est devenu acteur. Bien malgré lui d’ailleurs, quand, par erreur, au cours d’une existence débridée, faite de tromperies et d’enchevêtrements amoureux, il est pris pour Foucellas, le redoutable guérillero galicien, anarchiste et antifranquiste. Une méprise qui l’a conduit à endosser bien d’autres vies. Mais c’est en dérobant son portefeuille à un brigadiste mort qu’il trouve la clef de son destin : une carte d’adhérent au PC, le sésame grâce auquel il gravira la passerelle du Winnipeg en quête d’une raison d’espérer et d’une vie nouvelle au Chili …  

 

Répondre à cet article