Brèves
Françoise Nyssen ministre de la Culture
mercredi 17 mai
Le festival se réjouit de la nomination de Françoise Nyssen. Une bonne nouvelle pour la Culture...
 
Le nouveau site du festival
mardi 21 mars

http://www.arte-mare.corsica

Vite ! Visitez le nouveau site du festival, plus rock and roll !

 
Dîners étoilés
samedi 1er octobre

Les rendez-vous gastronomiques d’are Mare (19h30, 20h, 20h 30) Amuse-bouche, plat, dessert, verre de vin 30€.

Réservations au 07 87 76 56 86

 
Les mauvais sujets
samedi 7 mai

PRIX DU LIVRE CORSE.


1768. Bastia retient son souffle. La cité marchande s’est lassée du parfum de la poudre et du bruit des canons. La guerre contrarie le commerce. Un récit mené tambour battant au rythme des aventures militaires et galantes de jeunes gens entraînés par l’accélération de l’histoire. Le deuxième roman de Michèle Corrotti et Philippe Peretti après Petite Italie. Editions Alain Piazzola. Couverture Edith Guidoni.

 
Twitter
lundi 28 septembre
L’actualité du Festival Arte Mare c’est aussi via notre compte Twitter @ArteMare
 
Laïcité, Inch Allah !
mercredi 2 novembre 2011

de Nadia El Fani

France/Tunisie, 2011, 1H12

Le film commencé sous l’ancien régime Ben Ali en août 2010 traite de la place de la laïcité dans la société tunisienne. Nadia El Fani, qui partage son temps entre Paris et Tunis était en plein montage quand la révolution du jasmin a éclaté. Reprenant sa caméra, elle débarque pour filmer les manifestations : « Dès le premier jour, les manifestants ont revendiqué la laïcité, les islamistes eux étaient complètement absents. Aujourd’hui le véritable enjeu en Tunisie est que le peuple se dote d’une constitution laïque, ce serait une première dans le monde arabo-musulman où la laïcité a toujours été imposée par une poignée de dirigeants », estime-t-elle. « Maisl es intégristes font peur, ils sont intimidants. Sont-ils vraiment menaçants ? On ne peut pas savoir, mais il ne faut pas céder à la peur ».

Fille d’un des ex-dirigeants du Parti communiste tunisien (à qui elle a consacré un film) Nadia El Fani s’est installée en France en 2000 parce qu’elle étouffait sous le régime de Ben Ali. En 2003, dans Bedwin Hacker, elle avait anticipé les événements en démontrant que la contestation viendrait d’Internet. Par la suite elle a eu envie de faire un film sur l’athéisme en terre d’islam. En filmant le peuple de la rue dans ses pratiques quotidiennes, Nadia El Fani dénonce l’hypocrisie religieuse. Sur le terrain politique, elle plaide pour un Etat laïc, appelant à la modification de l’article 1 de la Constitution tunisienne qui déclare que l’Islam est la religion d’Etat. Des opposants islamistes ont initié une campagne haineuse à son encontre, via les réseaux sociaux.


LA FICHE DU FILM

• IMAGE Fatma Sherif et, pendant les manifes-tations, Dominique Dela-pierre
• MONTAGE Jérémy
Leroux
• PRODUCTION K’ien Pro-ductions (Paris/France) Z’Yeux Noirs Movies (Tunis/Tunisie)


LES HORAIRES DE PROJECTION

Jeudi 24 novembre, 19h00, au Théâtre


La note d’intention de Nadia El Fani

Durant le montage de mon précédent film documentaire, OULED LENINE, j’ai cherché les traductions de l’Internationale. En les écoutant attentivement, je me suis aperçue que dans la version arabe, le début du second couplet : "il n’est pas de sauveur suprême, Ni Dieu ni César ni tribun…" n’avait pas été traduit littéralement mais remplacé par une phrase sans rapport avec la version originale. Cette "non" traduction en disait long : La référence au refus de l’autorité de Dieu est un tabou impossible à transgresser en terre d’Islam... Même chez les communistes la règle était respectée ! Tant il est vrai, que ceux qui osent se déclarer athées, le font au péril de leur vie pour certains, au risque de connaître la prison pour d’autres, et en tout état de cause sont mis au banc de leur société s’ils osent l’exprimer publiquement... Ma décision était prise j’allais être de ceux-là, pire… de celles-là ! Je décidai donc, au mois d’Août 2010, de partir tourner en plein mois du Ramadan un film intitulé à l’époque : La Désobéissance. J’avais décidé d’être partie prenante de mon film … De me filmer moi-même dans ce combat qu’il me semblait utile de livrer pour tenter une avancée vers la liberté d’expression … C’était avant la révolution ! Six mois avant la chute de Ben Ali. Filmer notre quotidien pendant le mois de Ramadan était pour moi la meilleure façon d’illustrer l’emprise totale de la religion sur la société. Ce fameux mois saint où l’on doit observer un jeûne total de l’aube au coucher du soleil. Comment dire, exprimer, le désarroi des athées, agnostiques ou autres "irréligieux", qui sont si impuissants face à l’oppression religieuse ? Dans un état où il est décrété que tout le monde appartient à la même religion, il est d’autant plus compliqué de se réclamer d’une idée et d’une pensée au mieux ignorée, au pire dénigrée et combattue. Comment pourrait-on se sentir libre alors qu’il n’existe aucune association de taille qui défende la liberté de conscience ? D’autant que face à cette déferlante religieuse qui connaît un sinistre renouveau depuis quelques années, les athées et libres penseurs doivent démontrer que leur union à eux s’effectue autour de valeurs qui ne discriminent pas l’autre. Et ce n’est que dans le cadre de la laïcité qu’il pourrait leur être donné l’occasion de le faire. La laïcité peut sans doute se passer des athées, mais les athées ne sauraient en revanche se passer de la laïcité s’ils veulent avoir leur mot à dire ou tout simplement survivre en tant qu’"apostats" ! Aujourd’hui, celui qui est athée est d’emblée suspecté de nourrir des sympathies pour l’occident, donc de trahison. Quand le religieux envahit l’espace public au point de condamner l’athéisme à se cantonner au seul domaine privé, la liberté du citoyen n’est pas respectée et la perspective de développement n’est qu’un leurre. C’est pour lutter contre ce danger qu’il m’est apparu impératif de dire que nous existons mais aussi de le faire savoir au monde entier… Au lendemain du 14 Janvier 2011, j’étais de nouveau à Tunis… Pendant l’occupation de la Kasbah… Nous réclamions la chute totale de la dictature… J’étais là j’observais, les gens spontanément venaient me parler... Ils parlaient à ma caméra, au monde, aux autres… Soif de paroles libres, décomplexées. Et soudain je découvrais les miens comme ils me découvraient... Avec un immense besoin d’échange ; cette parole qui venaient panser les plaies d’une dictature subie trop longtemps solitairement, car nous étions tous devenus paranoïaques ! Cette place de la Kasbah devenait le symbole de notre solidarité, il suffisait que quelqu’un entonne notre hymne national pour que la foule le reprenne en hurlant à tue-tête pour extirper cette rage de l’humiliation collective... L’émotion que cela provoquait en nous tous se lisait dans les regards... Nous étions comme drogués à la politique. La question de la laïcité s’est imposée comme question centrale pour le futur de notre pays… Et déjà les islamistes tentaient de récupérer ce qu’ils n’avaient pas vu venir : La Révolution. Mais pour moi, la Révolution ne sera, que si le peuple vote pour une constitution Laïque. L’option, de me filmer moi-même, et/ou d’apparaître en tant que sujet/acteur de ce documentaire ne correspond pas à l’assouvissement d’un désir narcissique mais bien aux besoins de m’impliquer politiquement dans ce débat tout juste naissant au Maghreb, de la possible existence d’un " Islam moderne ". Des actes citoyens pour faire avancer le concept de laïcité, de part et d’autre de la Méditerranée sont accomplis chaque jour par des artistes, des intellectuels, des figures politiques… Je veux me mêler aux anonymes qui font de même. Sortir de l’isolement qui m’a conduit à l’exil.

La motivation profonde

À l’heure où la France est bouleversée par l’émergence d’un Islam politique qui se heurte à la laïcité, où une nouvelle loi sur le voile a réveillé "la menace islamiste" selon l’expression consacrée du Ministère de l’Intérieur... À l’heure où les Etats-Unis, après avoir utilisé et soutenu les mouvements fondamentalistes musulmans à travers le monde et notamment en Afghanistan, continuent de faire planer le spectre d’une guerre de religions… À l’heure où il est clair qu’après la disparition de "l’ennemi commun à l’Est", les musulmans font figures de cibles idéales… À l’heure où "Les printemps arabes" semblent faire des petits du côté de l’Europe. À l’heure où le mot banlieue n’est employé qu’au pluriel pour désigner un "territoire" qui échapperait à la République et qui serait peuplé par les anciens indigènes. À l’heure où les immigrés ne sont toujours pas les bienvenus et que leurs enfants semblent pris au piège de la question identitaire. Au fil des ans, au regard des films que j’ai fait ou de ceux que je projette de faire, force m’est de constater que la question identitaire est toujours présente dans les thèmes que je choisis. Et elle est, d’une manière quasi obsessionnelle, accompagnée d’une volonté farouche de contrer les clichés, ou même de les ignorer pour dessiner, à travers mes images, le paysage d’un monde arabe ancré malgré tout dans une modernité qu’on se refuse à lui reconnaître. Sans doute ma double appartenance (franco-tunisienne) me rend-elle plus sensible, plus réactive à toute forme d’idées reçues, énoncées çà et là dans des discours, et qui tendraient à diviser en entités fictives l’Occident et l’Orient, sous-entendu : "Nous" et "Eux". Mais lorsqu’on appartient, à l’instar de quelques millions de français aujourd’hui, à la fois à "Nous" et à "Eux", pour ne pas céder à cette vision réductrice du monde, et pour ne pas tomber dans la facilité qui consiste à penser que les civilisations sont immuables et imperméables les unes aux autres, il semble impératif de participer à ce débat tout juste naissant aujourd’hui au Maghreb : la laïcité. Faire témoigner, celles et ceux qui de l’autre côté des la Méditerranée, luttent pour un humanisme laïque, ultime rempart s’il en est, contre la barbarie, sera l’occasion de rappeler qu’aucun peuple ne trouve de grandeur sans l’expression de sa diversité. Et comme l’énonçait si bien Edward Saïd (philosophe palestinien et américain) : " Si nous devons tous vivre – c’est notre impératif – nous devons captiver l’imaginaire non pas seulement de nos peuples, mais celui de nos oppresseurs. Et, nous devons demeurer fidèles à des valeurs démocratiques et humanistes." Nadia EL FANI


Retour en haut de page

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Rencontres avec Maati Kabbal
    1er novembre 2011

  2. Plus jamais peur
    1er novembre 2011

  3. Laïcité, Inch Allah !
    2 novembre 2011

  4. Le cochon de Gaza
    1er novembre 2011

  5. Et maintenant, on va où ?
    2 novembre 2011

  6. Le printemps est pavé de bonnes intentions
    1er novembre 2011

  7. 18 jours
    2 novembre 2011